[Agenda] Journée de visite au Mémorial Friedrich Ebert – Heidelberg, 27 avril 2019

Almémos a le plaisir de vous convier :

SAMEDI 27 AVRIL 2019

de 8h30 à 18h

JOURNÉE DE VISITE DE LA FONDATION POUR LA MÉMOIRE DU PRÉSIDENT FRIEDRICH EBERT, A HEIDELBERG.

 

  • RENDEZ-VOUS à 8H30 PLACE DE L’ETOILE (n’oubliez pas de vous munir de vos papiers d’identité)
  • TRANSPORT EN AUTOCAR
  • RETOUR VERS 18H

PRIX : 20 €/personne (participation aux frais de transport, à régler sur place)

Le repas n’est pas compris dans le prix. Il y a de très nombreux petits restaurants aux alentours.

Inscription préalable souhaitée, avant le vendredi 12 avril, auprès de : almemos@laposte.net

Introduction à la visite

Nous avons fait ce choix, dans la suite de nos travaux récents, pour comprendre comment, s’implantant d’abord en Allemagne puis en Alsace-Lorraine annexée, la social-démocratie a évolué dans ses choix, son programme, son organisation.

La visite, commentée en français par deux guides du Mémorial, nous amènera à confronter deux types de regards : celui de la social-démocratie, violemment opposée à la révolution, et celui d’autres courants socialistes. La photo du groupe socialiste au Reichstag en 1912 nous montre les cinq Alsaciens-Lorrains mêlés aux Allemands : que discutaient-ils ?

Fils d’ouvrier, ouvrier lui-même, autodidacte, militant syndical, permanent politique, Friedrich Ebert a gravi tous les échelons de la vie politique. A-t-il pesé sur les décisions ou les a-t-il subies ? A-t-il commandé ou a-t-il été manipulé ? Nous aurons l’occasion de poser des questions, après avoir pris connaissance du contexte politique de l’Allemagne du début du XXème siècle.

 

La figure d’Ebert

Friedrich Ebert fut le premier président de la République de Weimar. Un musée lui a été consacré en 1986 par le Bundestag, dans le cœur ancien de sa ville natale, Heidelberg.

D’origine modeste, né dans l’Allemagne wilhelmienne, le jeune bourrelier Friedrich Ebert s’engage dans les luttes nationale et sociale en adhérant au parti social-démocrate en 1891. Il devient journaliste du Bremer Bürger Zeitung. En 1913 il devient l’un des deux présidents du SPD, et fait partie également du groupe parlementaire au Reichstag. En 1917 il est l’un des protagonistes réformistes de la scission avec les révolutionnaires. Dès la chute de l’Empire, il dirige le gouvernement provisoire installé à Weimar en 1918. Le 11 février 1919 il est élu premier président de la République. Plusieurs crises graves mettent en péril la jeune démocratie allemande. Ebert est en butte aux attaques d’adversaires déterminés qui ont finalement raison de lui.

La visite commentée se veut un double regard, allemand et français, sur ces événements qui ne sont pas sans lien avec tout un pan de l’histoire de l’Alsace.

 

Pour plus d’informations sur la Stiftung Reichspräsident-Friedrich-Ebert-Gedenkstätte : https://www.ebert-gedenkstaette.de/