[Agenda] Conférence « Vous détestez les sondages et vous en redemandez ! » (15 mai 2019)

L’association Almémos a le plaisir de relayer l’initiative de l’Université Nouvelle 67 :

CONFÉRENCE-DÉBAT

“Vous détestez les sondages et vous en redemandez. La vie publique des nombres. Rationalités et pratiques divinatoires”,  animée par Jean-Paul VILLETTE, Maître de Conférence Honoraire de l’université de Strasbourg.

Mercredi 15 mai 2019, 18h30-20h30
Maison des Sociétés de Schiltigheim
1, rue de la Patrie, 67300 Schiltigheim

 


Un sondage est, quelle que soit sa dénomination, une enquête statistique visant à donner une indication quantitative, à une date déterminée, des opinions, souhaits, attitudes ou comportements d’une population par l’interrogation d’un échantillon.” (définition loi du 26 avril 2016). Acheter, voter, pratiquer un sport, aller au spectacle, se marier, faire des enfants, manger, boire, etc. : tous nos gestes sont sondés, ainsi que nos habitudes, nos préférences, les raisons de nos choix. Si on sonde les sondés sur leur opinion sur les sondages, leur confiance est faible. Mais ne construisons-nous pas nos représentations du monde et des autres en nous fondant sur les sondages?
Pour évaluer leur fiabilité, leur capacité à dévoiler la réalité du monde, il faut savoir pour qui ils sont faits (combien ça coûte ; quelle croyance des commanditaires dans les sondages) ? par qui ? comment (qu’est-ce qu’un échantillon représentatif) ? Les mêmes chiffres peuvent-ils être interprétés de plusieurs façon ? Autant de questions auxquelles répondra Jean-Paul Villette, en s’appuyant sur sa pratique à l’aide de nombreux exemples. 

 

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/454999075042911/

Pour aller plus loin : https://fr.calameo.com/read/0049350253c324965602e


Nous vous rappelons que :
La cotisation annuelle d’adhésion à l’Université Nouvelle, d’un montant de 15€ (5€ pour les moins de 25 ans et personnes sans emploi) donne accès à l’intégralité de tous les cycles et activités de l’année.
Une participation individuelle de 2€ est demandée aux non adhérents à l’association pour l’accès à tout ou partie de chaque cycle d’activité proposé.
L’Université Nouvelle étant une association à but non lucratif et non subventionnée, vous pouvez également adresser des dons libres par chèque, libellé à l’ordre de UNIVERSITE NOUVELLE, et adressé par voie postale à « Université Nouvelle, Mr UTARD, 18 rue de l’Observatoire 67000 Strasbourg ».

Site de l’Université Nouvelle 67 : https://universitenouvelle.tumblr.com/

[Portrait d’auteure] Françoise Olivier-Utard

Propos recueillis sur le site du Maitron : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article213859

La nouvelle mouture du site Maitron propose désormais une rubrique “Portraits d’auteurs” autour d’un principe simple : un(e) auteur(e) du dictionnaire se présente à travers quatre questions qui définissent son rapport à l’œuvre et sa contribution.

COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE MAITRON ?

J’ai rencontré Léon Strauss lors d’un colloque sur Marc Bloch à l’université de Strasbourg en 1994. Je travaillais sur l’histoire de cette université et de là est née l’idée de réunir les historiens du mouvement social. Nous avons plus tard fondé, en 2000, l’association Alsace mémoire du Mouvement Social.

SUR QUELS CORPUS OU QUELS SUJETS AVEZ VOUS TRAVAILLÉ POUR LE MAITRON ?

J’ai travaillé prioritairement sur les militants du Bas-Rhin et du Haut-Rhin : cégétistes, communistes et enseignants de la FEN et de la FSU.

COMMENT DÉFINIRIEZ VOUS LE MAITRON ?

Comme il se définit lui-même : le dictionnaire des acteurs du mouvement social, qui intègre les militants les plus en vue aux sans noms. Je considère que je participe ainsi, la plupart du temps, à rendre leur dignité à ceux qui se sont battus pour la justice sociale et l’émancipation des travailleurs. Je me sens avec les miens.

UNE BIOGRAPHIE À METTRE EN AVANT ?

Celle de Madeleine Grunenwald, une femme qui a fait face avec force, persévérance et modestie aux épreuves que l’histoire lui a imposées : origines, genre, alsacianité, engagement politique, vie sentimentale. Elle a beaucoup fait, sans chercher à être reconnue. Et elle ne l’a pas été.

Françoise Olivier-Utard est l’auteure de nombreuses notices dans le Maitron, que vous pouvez retrouver en suivant ce lien.

Elle a récemment dirigé l’ouvrage De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine, Collection « Recherches et documents » tome 90, Publications de la Société savante d’Alsace. Voir la présentation sur le site du Maitron.

[Agenda] Journée de visite au Mémorial Friedrich Ebert – Heidelberg, 27 avril 2019

Almémos a le plaisir de vous convier :

SAMEDI 27 AVRIL 2019

de 8h30 à 18h

JOURNÉE DE VISITE DE LA FONDATION POUR LA MÉMOIRE DU PRÉSIDENT FRIEDRICH EBERT, A HEIDELBERG.

 

  • RENDEZ-VOUS à 8H30 PLACE DE L’ETOILE (n’oubliez pas de vous munir de vos papiers d’identité)
  • TRANSPORT EN AUTOCAR
  • RETOUR VERS 18H

PRIX : 20 €/personne (participation aux frais de transport, à régler sur place)

Le repas n’est pas compris dans le prix. Il y a de très nombreux petits restaurants aux alentours.

Inscription préalable souhaitée, avant le vendredi 12 avril, auprès de : almemos@laposte.net

Introduction à la visite

Nous avons fait ce choix, dans la suite de nos travaux récents, pour comprendre comment, s’implantant d’abord en Allemagne puis en Alsace-Lorraine annexée, la social-démocratie a évolué dans ses choix, son programme, son organisation.

La visite, commentée en français par deux guides du Mémorial, nous amènera à confronter deux types de regards : celui de la social-démocratie, violemment opposée à la révolution, et celui d’autres courants socialistes. La photo du groupe socialiste au Reichstag en 1912 nous montre les cinq Alsaciens-Lorrains mêlés aux Allemands : que discutaient-ils ?

Fils d’ouvrier, ouvrier lui-même, autodidacte, militant syndical, permanent politique, Friedrich Ebert a gravi tous les échelons de la vie politique. A-t-il pesé sur les décisions ou les a-t-il subies ? A-t-il commandé ou a-t-il été manipulé ? Nous aurons l’occasion de poser des questions, après avoir pris connaissance du contexte politique de l’Allemagne du début du XXème siècle.

 

La figure d’Ebert

Friedrich Ebert fut le premier président de la République de Weimar. Un musée lui a été consacré en 1986 par le Bundestag, dans le cœur ancien de sa ville natale, Heidelberg.

D’origine modeste, né dans l’Allemagne wilhelmienne, le jeune bourrelier Friedrich Ebert s’engage dans les luttes nationale et sociale en adhérant au parti social-démocrate en 1891. Il devient journaliste du Bremer Bürger Zeitung. En 1913 il devient l’un des deux présidents du SPD, et fait partie également du groupe parlementaire au Reichstag. En 1917 il est l’un des protagonistes réformistes de la scission avec les révolutionnaires. Dès la chute de l’Empire, il dirige le gouvernement provisoire installé à Weimar en 1918. Le 11 février 1919 il est élu premier président de la République. Plusieurs crises graves mettent en péril la jeune démocratie allemande. Ebert est en butte aux attaques d’adversaires déterminés qui ont finalement raison de lui.

La visite commentée se veut un double regard, allemand et français, sur ces événements qui ne sont pas sans lien avec tout un pan de l’histoire de l’Alsace.

 

Pour plus d’informations sur la Stiftung Reichspräsident-Friedrich-Ebert-Gedenkstätte : https://www.ebert-gedenkstaette.de/

[Agenda] Journée d’études “Le Maitron pour les nuls” (16 mars 2019)

L’association Almémos vous invite à sa Journée d’études :

LE MAITRON POUR LES NULS

Initiation à la base du maitron-en-ligne

Samedi 16 mars 2019

14h-16h

Mairie de Schiltigheim (4ème étage)

110 route de Bischwiller

Schiltigheim

(arrêt Mairie de Schiltigheim, ligne 3 des bus, à prendre par exemple à la station des bus Halles-Pont de Paris)

 

Le Dictionnaire biographique du mouvement social est désormais accessible à tous gratuitement et dans son intégralité.

Toute l’équipe de l’association Alsace mémoire du Mouvement Social (ALMEMOS) vous invite à venir découvrir cette immense banque de données et à naviguer d’une bio à l’autre. Paul Boulland, directeur du Maitron, sera présent à cette initiative.

Pas besoin d’être férus d’informatique. Venez avec votre ordinateur portable ou votre smartphone : vous serez guidés pour retrouver la biographie de vos proches, de vos camarades, et peut-être même la vôtre ! Des quizz seront aussi proposés pour vous familiariser avec le dictionnaire. Militants, étudiants, jeunes et vieux, vous deviendrez des as du Maitron.

[Agenda] Conférence “Rosa Luxemburg, ou la démocratie dans le socialisme” (8 mars 2019)

L’association Almémos a le plaisir de relayer l’initiative de l’Université Nouvelle 67 : une conférence de Jean-Numa Ducange sur “Rosa Luxemburg, ou la démocratie dans le socialisme” aura lieu vendredi 08 mars 2019 de 18h à 20h à la Maison des Associations (place des orphelins, Strasbourg).

 

[Agenda] 5e Rencontres Rhénanes : Le syndicalisme dans l’espace rhénan (16 mars 2019)

Nous relayons le programme des 5èmes Rencontres Rhénanes, autour du thème « Le syndicalisme dans l’espace rhénan », qui auront lieu le samedi 16 mars 2019 de 8h45 à 12h45 à Strasbourg à l’Auditorium du CIC Est (31, rue Jean Wenger Valentin).

Pour en savoir plus, voir le site de l’Université Populaire de la Krutenau : http://www.up-krutenau.com/ 

[Agenda] Conférence-débat : « Le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine » (14 décembre 2018)

CONFÉRENCE-DÉBAT (IHS CGT / PS 68) : “De l’Allemagne à la France. Le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine (1890-1920)”, avec Françoise OLIVIER-UTARD et Léon STRAUSS de l’association Almémos.

Vendredi 14 décembre, de 19h30 à 21h30 au local des amis de la Rose
4 place de la concorde, 68100 Mulhouse.

C’est sur le modèle allemand que naît dans les années 1890 le syndicalisme alsacien et lorrain. Comment se fait ensuite la transition dans les structures de lutte françaises ? Quelles continuités, ruptures, influences réciproques ? Jusqu’où va l’intransigeance du patronat ? Quelle est l’attitude de l’administration ?


[Agenda] Journée d’étude “Rudolf Schwander : un maire en son temps” – Strasbourg, 1er décembre 2018

Nous relayons le programme de la Journée d’étude “Rudolf Schwander : un maire en son temps”, qui aura lieu le samedi 1er décembre 2018 à partir de 9h aux Archives de Strasbourg (32, avenue du Rhin) :

Né en 1868 à Colmar, installé à Strasbourg en 1891 où il exerce de hautes fonctions au sein de l’administration municipale, maire de 1906 à 1918, Rudolf Schwander a exercé un rôle essentiel dans le domaine de l’urbanisme et celui du social. Maire durant la Première Guerre mondiale, il devient à l’extrême fi n du régime Statthalter du Reichsland Elsass-Lothringen. Le 17 novembre 1918, Rudolf Schwander quitte Strasbourg pour la Hesse où il poursuit une carrière de patron de presse et de grand administrateur. Il est également président du Wissenschaftliches Institut der Elsass-Lothringer im Reich, ce qui l’amène à assister à l’inauguration de l’université allemande de Strasbourg en 1942, un fait qui lui sera reproché.
La commémoration de la fin du premier conflit mondial donne l’occasion de s’interroger sur cette figure remarquable de l’histoire strasbourgeoise, en évoquant son rôle, ses fonctions et la société dans laquelle il a œuvré.

Programme de la journée : 

9 h : Introduction : le parcours de Rudolf Schwander (Alain Fontanel).
9 h 30 : Le monde politique des années 1890-1930 (Françoise Olivier-Utard).
10 h 10 : Rudolf Schwander : un maire-administrateur, entre Otto Back et Jacques Peirotes (Laurence Perry).
11 h : Pause
11 h 30 : Les forces vives de la société strasbourgeoise à l’époque de Schwander (université, religions, franc-maçonnerie, socialisme, notabilités, presse…) (Alexandre Kostka).
12 h 10 : Le « modèle strasbourgeois » et l’assistance sociale (Catherine Maurer).
13 h : repas
14 h 15 : La politique urbaine dans le domaine de l’hygiène et du social (Hélène Antoni).
15 h : Le monde de la culture (Anne-Doris Meyer).
15 h 45 : Être maire à Mannheim et en Allemagne avant et après 1918 (Michaël Martin).
16 h 30 : Rudolf Schwander après 1918 (Léon Strauss).

Les intervenants :

Hélène ANTONI, architecte, historienne de l’art
Alain FONTANEL, premier adjoint au Maire en charge de la culture et du patrimoine
Dr Michaël MARTIN, archiviste émérite de la ville de Landau
Catherine MAURER, professeur d’histoire contemporaine, université de Strasbourg
Anne-Doris MEYER, historienne
Françoise OLIVIER-UTARD, présidente de l’association ALMEMOS, maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Strasbourg
Laurence PERRY, directrice des Archives de Strasbourg
Léon STRAUSS, maître de conférences honoraire à l’université de Strasbourg
François UBERFILL, agrégé d’histoire

Contact : archives@strasbourg.eu
Entrée libre, dans la limite des places disponibles, sans préinscription.
Facebook : https://www.facebook.com/events/1935151186792339/

[Agenda] Journée nationale du Maitron – 5 décembre 2018

Mercredi 5 décembre 2018 – Bourse du Travail de Paris
Salle Hénaff – 29-31, Boulevard du Temple – 75003

L’assemblée générale des Amis du Maitron est ouverte à tous les adhérents à jours de leurs cotisations.
La suite de la journée est entièrement ouverte au public, dans la limite des places disponibles.
Afin de faciliter l’organisation, nous vous remercions de nous signaler votre présence par mail (info@maitron.org), en précisant votre participation à la matinée/au buffet militant/à l’après-midi.

Résultat de recherche d'images pour "maitron dictionnaire"
Crédit photo : Editions de l’Atelier

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

9h00 – Accueil

9h15 – Assemblée générale de l’Association des Amis du Maitron

10h30 – 11h30 :

– Gilles Manceron (LDH), « L’Affaire Audin et les ‘1000 autres’ »

– Gérard Noiriel (IRIS, EHESS), « Le Maitron et l’histoire populaire de la France »

11h30 – 12h30 : Présentation et inauguration du nouveau site Maitron

 « Le Maitron : des biographies… et des données », Barbara Bonazzi, Paul Boulland, Claude Pennetier

– « L’ouverture au public du site Maitron », Bernard Stéphan, directeur des Éditions l’Atelier

– Présentation du nouveau site Maitron et de ses nouvelles fonctionnalités en présence d’Antoine Petit, président du CNRS.

12h30-14h – Buffet militant

14h00-17h00 : « Après 1968 : nouvelles mobilisations, nouveaux engagements, nouveaux militants ? »

– Sophie Béroud (Triangle, Univ. Lyon 2), « Ce que les parcours biographiques de militant.e.s disent des transformations de l’activité syndicale des années 68 aux années 1980 : les apports de l’enquête Sombrero »

– Renaud Bécot (post-doc. LARHRA), « Hériter du mouvement ouvrier pour défendre l’environnement. Des syndicalistes environnementalistes, 1968 – 1987 »

– François Prigent (Tempora, Univ. Rennes 2), « Le cycle d’Épinay dans le Maitron : enjeux et perspectives »

– Ismaël Ferhat (CAREF, Univ. Picardie), « Le syndicalisme enseignant depuis 1968 : quels enjeux pour l’étude biographique et prosopographique de ce secteur ? »

17h00 – Remise du Prix Maitron

17h30 – Cocktail offert par l’UNSA Education

Pour plus d’informations : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article208121

[Agenda] Almémos au 29e Festival du Livre de Colmar

Festival du livre de Colmar

L’association Almémos participera au 29e Festival du Livre de Colmar : 24-25 novembre 2018 au Parc des expositions de Colmar (68).

Café de l’Histoire 2018 – Festival du Livre de Colmar :
Nous vous donnons rendez-vous Hall 2 du Festival du Livre de Colmar pour le 9e Café de l’Histoire organisé par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace (FSHAA).

Almémos se trouvera au stand de la FSHAA pour la présentation des travaux et la vente de livres dès le samedi 24/11.

Françoise Olivier-Utard, présidente d’Almémos, présentera l’ouvrage collectif De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine (1890-1920) le dimanche 25/11 à 10h (Hall 2) :

“C’est sur le modèle allemand des syndicats libres et des syndicats chrétiens que naît et se développe, dans les années 1890, le syndicalisme alsacien et lorrain. Quelles en sont les formes d’organisation, qui sont les hommes qui les font vivre, quelles sont les revendications, les formes de lutte et leurs résultats. L’ouvrage éclaire d’un jour nouveau les questions trop souvent occultées ou caricaturées.”

Crédit photo : Almémos

Entrée libre et gratuite.
Horaires d’ouverture : 
24/11/2018 de 9h à 19h.
25/11/2018 de 9h à 18h.

Pour plus d’informations, voir le programme complet du Festival : https://festivaldulivre.colmar.fr/

Retour sur l’initiative “Le Drapeau Rouge du passé à l’avenir” (Strasbourg, 6 novembre 2018)

L’image contient peut-être : texte

Salle comble à l’Aubette le 6 novembre 2018 pour le colloque historique autour du centenaire de la République des conseils d’Alsace-Lorraine. Ce colloque constituait la première partie d’une journée entièrement consacrée aux événements de novembre 1918 et organisée par la CGT Alsace et le DGB Südhessen.

Sont intervenus :
– Françoise Olivier-Utard, « Héritage : le mouvement ouvrier en Alsace ».
– Alfred Wahl, « Le mouvement social-démocrate à l’épreuve de la révolution allemande ».
– Jean Claude Richez, « Le mouvement des conseils ouvriers et de soldats en Alsace ».
– Jean-François Lassagne, « Contribution de l’IHS Moselle ».  

Plusieurs médias se sont également intéressés aux commémorations. Voici quelques liens intéressants :

– France 3 Grand Est, “Strasbourg : une expo et un colloque pour se souvenir du drapeau rouge sur la cathédrale et de la République socialiste” (06/11/2018) : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/strasbourg-expo-colloque-se-souvenir-du-drapeau-rouge-cathedrale-republique-socialiste-1569344.html?fbclid=IwAR1Jor5_k7QqxQoWKa_Sqx49T_OdBRHL85AySjPdg0D8u-s8Oq-CFS-JPWg
(et reportage au JT : https://www.facebook.com/cgtud67/videos/562331690895046/UzpfSTE1MDM0OTAzODk5MzIxNzA6MjIxMTk1OTQ4OTA4NTI1Mw/)

– DNA, “En mémoire du drapeau rouge” (30/10/2018) : https://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2018/10/30/en-memoire-du-drapeau-rouge?fbclid=IwAR10JV4FYoTmDU-rPAt0tmivyzmEpBfPU5upxkZ2iSozlzJn05w7amCTuXQ

– France 3 Grand Est, “Histoires 14-18 : le drapeau rouge sur la cathédrale” (22/09/2018) : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/histoires-14-18-drapeau-rouge-cathedrale-1543102.htm

– France 3 Grand Est, “Histoires 14-18 : Novembre 1918, un mois de révolution” (21/09/2018) : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/histoires-14-18-novembre-1918-mois-revolution-1543096.html

Succès de la projection-débat “Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale”

Salle comble jeudi 25/10 pour la projection-débat du documentaire “Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale” (Jean-Noël Delamarre, 2009), dans le cadre des commémorations du centenaire de la République des conseils d’Alsace-Lorraine de novembre 1918 (voir notre billet précédent : https://almemos.hypotheses.org/446).

Crédit photo : Vidéo Les Beaux Jours

Vous pouvez visionner librement le documentaire ici : https://www.youtube.com/watch?v=BauwgCzi65U&fbclid=IwAR1r9pC2jnal0FzwiWDwNL8ilZPGWASNF55C5rZh2O_Pd5zE0524L6Olits

Parution du Bulletin n. 23 d’Almémos

Le bulletin n. 23 (octobre 2018) de l’association Almémos vient de paraître. Vous pouvez le télécharger librement ici (version pdf) : Almemos23

Les bulletins précédents sont disponibles également en libre accès dans l’espace dédié : https://almemos.hypotheses.org/bulletin-de-lassociation

Sommaire du n. 23 :

Édito, par Françoise Olivier-Utard : p. 1

Chronique : Retour dans trois quartiers historiques de Strasbourg, par Jean-Pierre Hirsch : p. 2

Contributions :
– Le SPD en Alsace Bossue avant la Première Guerre mondiale, par Pierre Krieger : p. 5
– Autour du centenaire de la révolution russe, par Michel Roth : p. 7

Notices biographiques
– Brem Fernand : p. 10
– Clad François : p. 10
– Dupuy Jean-Marie : p. 10
– Kintz Jean-Pierre : p. 11
– Ungerer Jacques : p. 11
– Thomas Wendelin : p. 12

Appel à contribution : p. 14

À lire : p. 14

Invitation : Le Drapeau Rouge, du passé à l’avenir : p. 15

Agenda de rentrée : p. 16

[Agenda] Journée d’études “Socialisme et relations internationales : de la seconde moitié du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale”

Nous relayons le programme de la Journée d’études qui aura lieu à Strasbourg le 7 novembre 2018 dans le cadre du Séminaire EUROSOC (https://eurosoc.hypotheses.org/) en partenariat avec l’UMR 7367 DynamE de l’Université de Strasbourg (https://dyname.unistra.fr/).

Plusieurs communications traiteront de la place de l’Alsace-Lorraine au sein des relations transfrontalières des socialismes français et allemand.

« SOCIALISME ET RELATIONS INTERNATIONALES : DE LA SECONDE MOITIE DU XIXe SIECLE A LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE »

Strasbourg, mercredi 7 novembre 2018

Salle 26, Villa Knopf (10 rue Schiller), annexe de l’Institut de Sciences Politiques de Strasbourg. Dans le cadre du séminaire d’EUROSOC

Cette journée d’études s’insère dans un cycle de rencontres souhaitant s’intéresser aux manifestations « transnationales » du socialisme de la seconde moitié du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale. En particulier, il s’agira d’étudier la mise en place originelle, les développements multiformes et les éventuels blocages des institutions de l’internationalisme socialiste, à l’heure où ce mouvement est confronté à une emprise singulièrement importante des partis « nationaux » et où le principe de solidarité internationale est souvent reconsidéré à la lumière de la realpolitik. Nous nous intéresserons aux interactions entre les différentes institutions en vue de la construction des relations internationales : qui sont les « passeurs » ; quelle est la portée réelle des structures « officielles » (Internationale Socialiste, Bureau Socialiste International) et comment celles-ci obtiennent leur légitimité face aux différentes écoles socialistes en confrontation ; quels autres réseaux et plateformes d’échange sont mis en place (structures transfrontalières, rencontres formelles et informelles, correspondances, presse, etc). Nous approfondirons également les dimensions fondamentales autour desquelles se sont consolidés les liens internationaux des socialismes : la circulation et la diffusion d’idées ; les réceptions particulières aux différents niveaux du militantisme ; les initiatives communes qui ont pu voir le jour.

La première table ronde de la rencontre nous permettra d’approfondir quels types de circulations d’idées et de pratiques articulent les échanges internationaux entre les acteurs du monde socialiste d’avant 1914. En particulier, dans une Europe où des questions à l’apparence « régionales » risquent de déboucher sur des crises mondiales, les socialismes des pays frontaliers s’inventent des processus de rapprochement ad hoc pour renforcer la solidarité des prolétariats respectifs, à l’image des socialistes balkaniques, scandinaves et germaniques, mais également de socialistes alsaciens-lorrains à la croisée des chemins.

La deuxième table ronde de la rencontre donnera l’occasion d’étudier les moyens mis en place par les organisations socialistes pour faire face de manière conjointe aux différentes crises internationales – telles les crises coloniales et l’opposition à la guerre européenne – mais aussi régionales – telle la restructuration du socialisme alsacien dans l’immédiat après-guerre.

PROGRAMME

INTRODUCTION

9h-9h30 :

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie)

9h30-12h :

PREMIÈRE TABLE RONDE : CIRCULATION D’IDEES ET DE PRATIQUES DANS LE MONDE SOCIALISTE D’AVANT 1914

Président de séance : Sylvain Schirmann (Université de Strasbourg)

Maurice Carrez (Université de Strasbourg),
« Des transferts culturels complexes : la social-démocratie finlandaise d’avant 1914 au filtre d’une analyse transnationale ».

Pascal Guillot (Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines),
« Le socialisme d’André Morizet dans l’entre-deux-siècles : une germanophilie politique et intellectuelle ».

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie),
« Sociaux-démocrates allemands et autrichiens face à la question « grande-allemande » ».

Lucie Guesnier (Université de Paris 1),
« La confédération balkanique, un projet pour la paix aux marges de la Seconde Internationale ».

14-16h30

DEUXIÈME TABLE RONDE : LA SOLIDARITE SOCIALISTE A L’EPREUVE DES CRISES INTERNATIONALES

Présidente de séance : Françoise Olivier-Utard (Université de Strasbourg)

Andrea Benedetti (Université de Strasbourg),
« Le Bureau socialiste international et les crises coloniales de 1905-1912 : l’exigence d’une action commune et simultanée pour freiner la marche à la guerre européenne ».

Andrea Geuna (Ecole normale supérieure de Pise / EHESS),
« La première preuve de solidarité internationale : la guerre de Libye ».

Clément Fontannaz (Université de Strasbourg),
« Les militants socialistes romands face aux crises du début du XXèmesiècle (1906-1918) ».

Pierre Krieger (Université de Strasbourg),
« Luttes fratricides entre sociaux-démocrates : la guerre de tendances dans le passage du SPD à la SFIO en Alsace-Lorraine (1918-1920) ».

16h30-17h :

CONCLUSIONS

Maurice Carrez (Université de Strasbourg)

[Agenda] Projection-débat : Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale

Aucun texte alternatif disponible.

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la République des conseils d’Alsace-Lorraine de novembre 1918, l’association Almémos a été sollicitée pour participer à la projection-débat Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale (documentaire de Jean-Noël Delamarre, 2009) en partenariat avec l’IHS CGT Alsace et le projet Vidéo Les Beaux Jours. L’initiative aura lieu jeudi 25 octobre 2018 à 19h au 31 rue Kageneck, à Strasbourg.

Descriptif de l’événement :

Projection – Débat avec les historien.nes Françoise OLIVIER-UTARD d’Almemos et Jean Claude RICHEZ ainsi que Raymond RUCK Secrétaire Régional de la CGT Alsace et Marie Claude RICHEZ de l’IHS.

En novembre 1918 le drapeau rouge flottait quelques jours sur la flèche de la cathédrale de Strasbourg. La ville a vécu sous l’autorité d’un conseil de soldats et d’ouvriers créé à la suite du retour des marins alsaciens-lorrains ayant participé à la mutinerie des marins de la flotte impériale allemande. Le 10 novembre la proclamation de la déchéance du pouvoir impérial fut suivie de celle de la république sociale. Mais l’arrivée accélérée des troupes françaises le 22 novembre mit fin à l’expérience révolutionnaire. Ce pan de l’histoire sociale de notre région est volontairement occulté par l’histoire patriotique et bourgeoise et demeure de ce fait méconnu de la mémoire collective.

https://www.facebook.com/events/1181598478658946/