[Portrait d’auteure] Françoise Olivier-Utard

Propos recueillis sur le site du Maitron : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article213859

La nouvelle mouture du site Maitron propose désormais une rubrique « Portraits d’auteurs » autour d’un principe simple : un(e) auteur(e) du dictionnaire se présente à travers quatre questions qui définissent son rapport à l’œuvre et sa contribution.

COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE MAITRON ?

J’ai rencontré Léon Strauss lors d’un colloque sur Marc Bloch à l’université de Strasbourg en 1994. Je travaillais sur l’histoire de cette université et de là est née l’idée de réunir les historiens du mouvement social. Nous avons plus tard fondé, en 2000, l’association Alsace mémoire du Mouvement Social.

SUR QUELS CORPUS OU QUELS SUJETS AVEZ VOUS TRAVAILLÉ POUR LE MAITRON ?

J’ai travaillé prioritairement sur les militants du Bas-Rhin et du Haut-Rhin : cégétistes, communistes et enseignants de la FEN et de la FSU.

COMMENT DÉFINIRIEZ VOUS LE MAITRON ?

Comme il se définit lui-même : le dictionnaire des acteurs du mouvement social, qui intègre les militants les plus en vue aux sans noms. Je considère que je participe ainsi, la plupart du temps, à rendre leur dignité à ceux qui se sont battus pour la justice sociale et l’émancipation des travailleurs. Je me sens avec les miens.

UNE BIOGRAPHIE À METTRE EN AVANT ?

Celle de Madeleine Grunenwald, une femme qui a fait face avec force, persévérance et modestie aux épreuves que l’histoire lui a imposées : origines, genre, alsacianité, engagement politique, vie sentimentale. Elle a beaucoup fait, sans chercher à être reconnue. Et elle ne l’a pas été.

Françoise Olivier-Utard est l’auteure de nombreuses notices dans le Maitron, que vous pouvez retrouver en suivant ce lien.

Elle a récemment dirigé l’ouvrage De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine, Collection « Recherches et documents » tome 90, Publications de la Société savante d’Alsace. Voir la présentation sur le site du Maitron.

[Agenda] Conférence-débat : « Le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine » (14 décembre 2018)

CONFÉRENCE-DÉBAT (IHS CGT / PS 68) : « De l’Allemagne à la France. Le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine (1890-1920) », avec Françoise OLIVIER-UTARD et Léon STRAUSS de l’association Almémos.

Vendredi 14 décembre, de 19h30 à 21h30 au local des amis de la Rose
4 place de la concorde, 68100 Mulhouse.

C’est sur le modèle allemand que naît dans les années 1890 le syndicalisme alsacien et lorrain. Comment se fait ensuite la transition dans les structures de lutte françaises ? Quelles continuités, ruptures, influences réciproques ? Jusqu’où va l’intransigeance du patronat ? Quelle est l’attitude de l’administration ?


[Agenda] Journée d’étude « Rudolf Schwander : un maire en son temps » – Strasbourg, 1er décembre 2018

Nous relayons le programme de la Journée d’étude « Rudolf Schwander : un maire en son temps », qui aura lieu le samedi 1er décembre 2018 à partir de 9h aux Archives de Strasbourg (32, avenue du Rhin) :

Né en 1868 à Colmar, installé à Strasbourg en 1891 où il exerce de hautes fonctions au sein de l’administration municipale, maire de 1906 à 1918, Rudolf Schwander a exercé un rôle essentiel dans le domaine de l’urbanisme et celui du social. Maire durant la Première Guerre mondiale, il devient à l’extrême fi n du régime Statthalter du Reichsland Elsass-Lothringen. Le 17 novembre 1918, Rudolf Schwander quitte Strasbourg pour la Hesse où il poursuit une carrière de patron de presse et de grand administrateur. Il est également président du Wissenschaftliches Institut der Elsass-Lothringer im Reich, ce qui l’amène à assister à l’inauguration de l’université allemande de Strasbourg en 1942, un fait qui lui sera reproché.
La commémoration de la fin du premier conflit mondial donne l’occasion de s’interroger sur cette figure remarquable de l’histoire strasbourgeoise, en évoquant son rôle, ses fonctions et la société dans laquelle il a œuvré.

Programme de la journée : 

9 h : Introduction : le parcours de Rudolf Schwander (Alain Fontanel).
9 h 30 : Le monde politique des années 1890-1930 (Françoise Olivier-Utard).
10 h 10 : Rudolf Schwander : un maire-administrateur, entre Otto Back et Jacques Peirotes (Laurence Perry).
11 h : Pause
11 h 30 : Les forces vives de la société strasbourgeoise à l’époque de Schwander (université, religions, franc-maçonnerie, socialisme, notabilités, presse…) (Alexandre Kostka).
12 h 10 : Le « modèle strasbourgeois » et l’assistance sociale (Catherine Maurer).
13 h : repas
14 h 15 : La politique urbaine dans le domaine de l’hygiène et du social (Hélène Antoni).
15 h : Le monde de la culture (Anne-Doris Meyer).
15 h 45 : Être maire à Mannheim et en Allemagne avant et après 1918 (Michaël Martin).
16 h 30 : Rudolf Schwander après 1918 (Léon Strauss).

Les intervenants :

Hélène ANTONI, architecte, historienne de l’art
Alain FONTANEL, premier adjoint au Maire en charge de la culture et du patrimoine
Dr Michaël MARTIN, archiviste émérite de la ville de Landau
Catherine MAURER, professeur d’histoire contemporaine, université de Strasbourg
Anne-Doris MEYER, historienne
Françoise OLIVIER-UTARD, présidente de l’association ALMEMOS, maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Strasbourg
Laurence PERRY, directrice des Archives de Strasbourg
Léon STRAUSS, maître de conférences honoraire à l’université de Strasbourg
François UBERFILL, agrégé d’histoire

Contact : archives@strasbourg.eu
Entrée libre, dans la limite des places disponibles, sans préinscription.
Facebook : https://www.facebook.com/events/1935151186792339/