[Agenda] Stammtisch : La refondation de l’université de Strasbourg en 1919 : une ambition nationale, mais aussi régionale – 16 septembre 2019

L’association Almémos a le plaisir de relayer l’initiative du Club Jacques Peirotes « Alsace, culture et démocratie » :

Stammtisch – Lundi 16 septembre 2019 à partir de 19h30
à la Brasserie de la Bourse, 1 place du Maréchal de Lattre de Tassigny à Strasbourg (Tram : arrêt Étoile Bourse).


Françoise Olivier-Utard, historienne, maître de conférences honoraire de l’Université de Strasbourg, présidente de l’association Almémos, nous parlera de :
La refondation de l’université de Strasbourg en 1919 : une ambition nationale, mais aussi régionale.

Résumé de son intervention:
Dès décembre 1918, une université française est refondée à Strasbourg, sur la base d’un projet mûrement préparé et très ambitieux. Il a une envergure internationale : être la vitrine de la science française en territoire reconquis, une ambition nationale : servir de modèle à toutes les universités françaises par la redéfinition de sa mission scientifique, et une ambition régionale, par l’établissement de liens inédits avec la société locale.
De très gros efforts sont consentis par l’État concernant la réhabilitation des locaux, le maintien de la variété des instituts, la politique de recrutement des professeurs ou encore l’attraction d’un public international.
L’enthousiasme est grand et les résultats ne se font pas attendre : en quelques années seulement l’université de Strasbourg polarise les regards. Son renom scientifique s’étend dans le monde entier. Découvertes, publications et ouverture de nouveaux champs de recherche se multiplient dans toutes les facultés.
Mais pour autant les universitaires ne restent pas enfermés dans une tour d’ivoire, ils se mettent au service de la cité, chacun selon ses compétences : bulletin météo, horloge parlante, centre de soins pour les jeunes enfants, pour les handicapés, conférences de vulgarisation, missions à l’étranger en compagnie d’industriels pour faire connaître l’Alsace etc… Les expériences sont originales, multiples et durables. Elles sont relayées par des initiatives locales : première cité universitaire, médecine préventive. Il est opportun de les faire sortir de l’oubli progressif dans lequel elles sont tombées et de rappeler comment elles se sont constituées.
D’un autre côté, la réouverture de l’université a eu à surmonter plusieurs obstacles, que nous pouvons évoquer en examinant un certain nombre de questions. On peut en effet se demander pourquoi la proportion d’Alsaciens dans le personnel enseignant fut si faible, rappeler la difficile gestion des Hospices civils (en partie municipaux, en partie universitaires), expliquer l’absence de participation des universitaires à la vie politique locale, évoquer la mobilité des carrières et les départs pour Paris, examiner le poids des règles convivialité locales. Mais la question la plus cruciale est celle du lien qui se brise avec l’arrivée de l’autonomisme dans le jeu politique local. Les universitaires ne prenant pas parti, mais étant contraints à n’avoir aucun contact avec l’Allemagne, sont renvoyés dans la sphère académique. L’ambition régionale de l’université se trouve alors hors jeu. Isolés, les universitaires n’en abandonnent pas pour autant l’œuvre entamée. On les retrouvera, très tôt, engagés dans la dénonciation du fascisme allemand. La dimension régionale a ainsi joué un rôle non négligeable dans la construction de l’identité de l’université de Strasbourg.

Pour aller plus loin : Françoise Olivier-Utard, Une université idéale ? Histoire de l’Université de Strasbourg de 1919 à 1939, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2016.

N’hésitez pas à inviter largement autour de vous !

Merci de confirmer dès que possible votre venue en cliquant sur le lien DOODLE suivant, puis sur le signe + pour ajouter votre nom :

https://doodle.com/poll/mysday747xm5axbp

Crédit photo : Presses Universitaires de Strasbourg

Crédit photo : Presses Universitaires de Strasbourg

[Agenda] Visite guidée autour de l’urbanisme municipal des années 20 – Strasbourg, 22 juin 2019

L’association Almémos a le plaisir de relayer l’initiative du Club Jacques Peirotes « Alsace, culture et démocratie », qui organise le samedi 22 juin prochain une visite guidée, en autobus, sur le thème de l’urbanisme municipal des années 20. Elle s’inscrit dans le cadre du centenaire de l’élection de Jacques Peirotes à la tête de la municipalité de Strasbourg.

Si vous désirez participer à la visite, n’oubliez pas de vous inscrire grâce au site indiqué en bas du message (Doodle). C’est plus facile qu’on ne croit et cela permettra de mieux organiser le repas, les déplacements etc.
 
Journée du samedi 22 juin sur l’urbanisme municipal des années 1920
 
Le rendez-vous est fixé à 11h à la Brasserie de la bourse, 1 place de Lattre de Tassigny à Strasbourg (Tram : arrêt Étoile Bourse) : 
 
  • 11h : Conférence introductive de Gauthier BOLLE
    Architecte DPLG et docteur en histoire de l’architecture de l’Université de Strasbourg, maître de conférences à l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, chercheur à l’EA-3400 ARCHE (UdS), spécialisé dans l’histoire de l’architecture en France au XXe siècle.
    L’objectif, à travers la conférence introductive et les visites, est de présenter la richesse et la diversité architecturale et urbaine des réalisations menées durant l’entre-deux-guerres sous les mandatures de Jacques Peirotes en tant que Maire (1919-1929) et comme Président fondateur de l’Office public d’habitations à bon marché (1922-1935) de la Ville de Strasbourg. L’ambition et l’intérêt des réalisations menées à cette période ont permis la poursuite de l’extension urbaine de la ville à travers la construction de quartiers de logements populaires et de nouveaux équipements et aussi d’importants débats et réflexions menés quant au développement urbain de la cité.
  • 12h30 : Repas en commun
  • 14h : Départ du bus pour une visite des principaux sites urbains des années 1920 (six étapes – prévoir environ 3h)
    1. Cimetière de la Robertsau
    2. Cité Ungemach avec commentaires sur le Wacken et le Tivoli (place des acacias)
    3. Cité Léon Bourgeois (angle boulevard Leblois et rue Vauban)
    4. Quai des Alpes à hauteur de la rue de Chamonix
    5. Cité Jules Siegfried (allée de l’orphelinat au Neudorf)
    6. La Grande Percée (en bas de la rue de la Division Leclerc)
Pour cette journée de juin, la participation aux frais de repas et de déplacement est de 25 € avec tarif réduit à 10 € pour les étudiants.
 
N’hésitez pas à inviter largement autour de vous ! 
 
Enfin, merci de confirmer dès que possible votre venue en cliquant sur le lien DOODLE suivant : https://doodle.com/poll/k5bug3mxr84dyqfx
Chaque participant doit indiquer son nom et cocher le ou les créneaux de la journée auxquels il prendra part (conférence, repas et/ou visite), d’une part par respect pour le travail du conférencier et d’autre part pour nous permettre de prévoir au mieux l’intendance (repas et bus).
 
Au plaisir de nous retrouver très prochainement dans ce cadre.
Crédit photo : BNU Strasbourg

Pour aller plus loin, voir : Stéphane JONAS, « La politique urbaine et du logement de Jacques Peirotes, député-maire socialiste de Strasbourg », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, Strasbourg, n° 15, 1986-1987, p. 143-149 : http://www.revue-des-sciences-sociales.com/pdf/rss15-jonas.pdf