Parution du Bulletin n. 23 d’Almémos

Le bulletin n. 23 (octobre 2018) de l’association Almémos vient de paraître. Vous pouvez le télécharger librement ici (version pdf) : Almemos23

Les bulletins précédents sont disponibles également en libre accès dans l’espace dédié : https://almemos.hypotheses.org/bulletin-de-lassociation

Sommaire du n. 23 :

Édito, par Françoise Olivier-Utard : p. 1

Chronique : Retour dans trois quartiers historiques de Strasbourg, par Jean-Pierre Hirsch : p. 2

Contributions :
– Le SPD en Alsace Bossue avant la Première Guerre mondiale, par Pierre Krieger : p. 5
– Autour du centenaire de la révolution russe, par Michel Roth : p. 7

Notices biographiques
– Brem Fernand : p. 10
– Clad François : p. 10
– Dupuy Jean-Marie : p. 10
– Kintz Jean-Pierre : p. 11
– Ungerer Jacques : p. 11
– Thomas Wendelin : p. 12

Appel à contribution : p. 14

À lire : p. 14

Invitation : Le Drapeau Rouge, du passé à l’avenir : p. 15

Agenda de rentrée : p. 16

[Agenda] Journée d’études “Socialisme et relations internationales : de la seconde moitié du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale”

Nous relayons le programme de la Journée d’études qui aura lieu à Strasbourg le 7 novembre 2018 dans le cadre du Séminaire EUROSOC (https://eurosoc.hypotheses.org/) en partenariat avec l’UMR 7367 DynamE de l’Université de Strasbourg (https://dyname.unistra.fr/).

Plusieurs communications traiteront de la place de l’Alsace-Lorraine au sein des relations transfrontalières des socialismes français et allemand.

« SOCIALISME ET RELATIONS INTERNATIONALES : DE LA SECONDE MOITIE DU XIXe SIECLE A LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE »

Strasbourg, mercredi 7 novembre 2018

Salle 26, Villa Knopf (10 rue Schiller), annexe de l’Institut de Sciences Politiques de Strasbourg. Dans le cadre du séminaire d’EUROSOC

Cette journée d’études s’insère dans un cycle de rencontres souhaitant s’intéresser aux manifestations « transnationales » du socialisme de la seconde moitié du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale. En particulier, il s’agira d’étudier la mise en place originelle, les développements multiformes et les éventuels blocages des institutions de l’internationalisme socialiste, à l’heure où ce mouvement est confronté à une emprise singulièrement importante des partis « nationaux » et où le principe de solidarité internationale est souvent reconsidéré à la lumière de la realpolitik. Nous nous intéresserons aux interactions entre les différentes institutions en vue de la construction des relations internationales : qui sont les « passeurs » ; quelle est la portée réelle des structures « officielles » (Internationale Socialiste, Bureau Socialiste International) et comment celles-ci obtiennent leur légitimité face aux différentes écoles socialistes en confrontation ; quels autres réseaux et plateformes d’échange sont mis en place (structures transfrontalières, rencontres formelles et informelles, correspondances, presse, etc). Nous approfondirons également les dimensions fondamentales autour desquelles se sont consolidés les liens internationaux des socialismes : la circulation et la diffusion d’idées ; les réceptions particulières aux différents niveaux du militantisme ; les initiatives communes qui ont pu voir le jour.

La première table ronde de la rencontre nous permettra d’approfondir quels types de circulations d’idées et de pratiques articulent les échanges internationaux entre les acteurs du monde socialiste d’avant 1914. En particulier, dans une Europe où des questions à l’apparence « régionales » risquent de déboucher sur des crises mondiales, les socialismes des pays frontaliers s’inventent des processus de rapprochement ad hoc pour renforcer la solidarité des prolétariats respectifs, à l’image des socialistes balkaniques, scandinaves et germaniques, mais également de socialistes alsaciens-lorrains à la croisée des chemins.

La deuxième table ronde de la rencontre donnera l’occasion d’étudier les moyens mis en place par les organisations socialistes pour faire face de manière conjointe aux différentes crises internationales – telles les crises coloniales et l’opposition à la guerre européenne – mais aussi régionales – telle la restructuration du socialisme alsacien dans l’immédiat après-guerre.

PROGRAMME

INTRODUCTION

9h-9h30 :

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie)

9h30-12h :

PREMIÈRE TABLE RONDE : CIRCULATION D’IDEES ET DE PRATIQUES DANS LE MONDE SOCIALISTE D’AVANT 1914

Président de séance : Sylvain Schirmann (Université de Strasbourg)

Maurice Carrez (Université de Strasbourg),
« Des transferts culturels complexes : la social-démocratie finlandaise d’avant 1914 au filtre d’une analyse transnationale ».

Pascal Guillot (Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines),
« Le socialisme d’André Morizet dans l’entre-deux-siècles : une germanophilie politique et intellectuelle ».

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie),
« Sociaux-démocrates allemands et autrichiens face à la question « grande-allemande » ».

Lucie Guesnier (Université de Paris 1),
« La confédération balkanique, un projet pour la paix aux marges de la Seconde Internationale ».

14-16h30

DEUXIÈME TABLE RONDE : LA SOLIDARITE SOCIALISTE A L’EPREUVE DES CRISES INTERNATIONALES

Présidente de séance : Françoise Olivier-Utard (Université de Strasbourg)

Andrea Benedetti (Université de Strasbourg),
« Le Bureau socialiste international et les crises coloniales de 1905-1912 : l’exigence d’une action commune et simultanée pour freiner la marche à la guerre européenne ».

Andrea Geuna (Ecole normale supérieure de Pise / EHESS),
« La première preuve de solidarité internationale : la guerre de Libye ».

Clément Fontannaz (Université de Strasbourg),
« Les militants socialistes romands face aux crises du début du XXèmesiècle (1906-1918) ».

Pierre Krieger (Université de Strasbourg),
« Luttes fratricides entre sociaux-démocrates : la guerre de tendances dans le passage du SPD à la SFIO en Alsace-Lorraine (1918-1920) ».

16h30-17h :

CONCLUSIONS

Maurice Carrez (Université de Strasbourg)

[Agenda] Projection-débat : Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale

Aucun texte alternatif disponible.

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la République des conseils d’Alsace-Lorraine de novembre 1918, l’association Almémos a été sollicitée pour participer à la projection-débat Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale (documentaire de Jean-Noël Delamarre, 2009) en partenariat avec l’IHS CGT Alsace et le projet Vidéo Les Beaux Jours. L’initiative aura lieu jeudi 25 octobre 2018 à 19h au 31 rue Kageneck, à Strasbourg.

Descriptif de l’événement :

Projection – Débat avec les historien.nes Françoise OLIVIER-UTARD d’Almemos et Jean Claude RICHEZ ainsi que Raymond RUCK Secrétaire Régional de la CGT Alsace et Marie Claude RICHEZ de l’IHS.

En novembre 1918 le drapeau rouge flottait quelques jours sur la flèche de la cathédrale de Strasbourg. La ville a vécu sous l’autorité d’un conseil de soldats et d’ouvriers créé à la suite du retour des marins alsaciens-lorrains ayant participé à la mutinerie des marins de la flotte impériale allemande. Le 10 novembre la proclamation de la déchéance du pouvoir impérial fut suivie de celle de la république sociale. Mais l’arrivée accélérée des troupes françaises le 22 novembre mit fin à l’expérience révolutionnaire. Ce pan de l’histoire sociale de notre région est volontairement occulté par l’histoire patriotique et bourgeoise et demeure de ce fait méconnu de la mémoire collective.

https://www.facebook.com/events/1181598478658946/

[Agenda] Commémorations du centenaire de la République des conseils d’Alsace-Lorraine

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

L’association Almémos invite à participer aux différentes initiatives dans le cadre des commémorations du centenaire de la République des conseils d’Alsace-Lorraine de novembre 1918.

Nous relayons l’information suivante que nous font parvenir la CGT Alsace et le DGB Südhessen :

Strasbourg 1918-2018 : Le Drapeau Rouge du passé à l’avenir / Die rote Fahne von der Vergangenheit in die Zukunft

En novembre 1918 le drapeau rouge flotta quelques jours sur la flèche de la cathédrale de Strasbourg.
La ville a vécu sous l’autorité d’un conseil de soldats et d’ouvriers créé à la suite du retour des marins alsaciens-lorrains ayant participé à la mutinerie de la flotte impériale allemande. 
Le 10 novembre la proclamation de la déchéance du pouvoir impérial fut suivie de celle de la république sociale. Mais l’arrivée accélérée des troupes françaises le 22 novembre mit fin à l’expérience révolutionnaire. 
Aujourd’hui et dans l’avenir le drapeau rouge représente l’étendard de ceux qui veulent conquérir la justice sociale solidairement dans notre pays et à l’échelle internationale.

Le 6 novembre à Strasbourg et le 9 novembre à Darmstadt, la CGT Alsace (avec le soutien actif de la CGT Grand Est) et le DGB Südhessen se souviendront ensemble de la révolution allemande de novembre 1918 à laquelle l’Alsace-Lorraine a participé.

Programme du 6 novembre à Strasbourg :
14h – 17h Colloque historique sur la révolution de novembre 1918 (à l’Aubette, place Kléber) :
– Françoise Olivier-Utard, « Héritage : le mouvement ouvrier en Alsace ».
– Alfred Wahl, « Le mouvement social-démocrate à l’épreuve de la révolution allemande ».
– Jean Claude Richez, « Le mouvement des conseils ouvriers et de soldats en Alsace ».
– Jean-François Lassagne, « Contribution de l’IHS Moselle ».  

17h – 19h Manifestation itinérante reliant les lieux d’activité des conseils d’ouvriers et de soldats (départ Place Kléber).

19h Inauguration de l’exposition historique franco-allemande (à l’Aubette, place Kléber).
20h Meeting syndical international, avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Michaël Rudolf, premier dirigeant du DGB des Länder de Hesse et de Thuringe (à l’Aubette, place Kléber).


La manifestation sera animée par le PTK (Prolet Tanz Klub). L’inauguration et le meeting seront accompagnées par les artistes suivants : Daniel Muringer, Liselotte Hamm, Jean Marie Hummel et Peter Kuehn.

6 novembre
https://www.facebook.com/events/230206831004137/

Almémos

L’association Almémos

L’association Alsace Mémoire du Mouvement Social (Almémos) s’est constituée le 10 mars 2001 à Strasbourg et est inscrite depuis le 22 mai 2001 au registre des associations du Tribunal de Strasbourg.
À l’instar de celles qui existent déjà dans plusieurs régions françaises, l’association s’est donné pour objet de contribuer à l’élaboration, la rédaction et la diffusion du Dictionnaire biographique du Mouvement social (que l’on appelle souvent le Maitron), d’encourager et de développer les recherches scientifiques autour de l’histoire du monde ouvrier et du mouvement social en Alsace. A ce fin, Almémos s’est dotée de moyens d’actions divers : le recueil de témoignages, la tenue de réunions, conférences, tables rondes et colloques, l’organisation d’expositions, visites, excursions et voyages, le recueil et la conservation des documents et des archives orales, écrites, audiovisuelles et informatiques, la publication d’un bulletin et d’ouvrages thématiques. L’association facilite également toutes d’initiatives concernant l’histoire sociale, politique et culturelle de l’Alsace contemporaine.

La quantité et la qualité des notices alsaciennes-lorraines dans les différents volumes thématiques du Maitron permettent d’envisager une édition Maitron Alsace dans un avenir proche.
Un groupe bénévole d’universitaires, de chercheurs, d’étudiants et de militants s’est constitué : il entend compléter les notices existantes et rédiger les notices nouvelles ; il utilise ce riche matériau pour rédiger collectivement l’histoire des mouvements sociaux, qui fait défaut dans la production éditoriale « alsatique ». Ce collectif s’appuie sur l’ensemble des organisations auxquelles le Dictionnaire s’intéresse : partis politiques, syndicats de salariés du secteur public et du secteur privé de toutes tendances, syndicats étudiants, coopératives, mutuelles, associations de toutes sortes liées au « mouvement social » du XXème siècle.

En adhérant à Almémos, en ouvrant leurs archives, en facilitant les entretiens avec leurs membres les plus chevronnés, en fournissant éventuellement l’aide financière supplémentaire destinée à couvrir une partie des frais entraînés par cette recherche, les organisations et les associations contribuent à renforcer leur propre mémoire et à écrire leur propre histoire. Indépendamment des adhésions collectives, l’association accueille tous ceux, des plus jeunes aux plus anciens, qui souhaitent que la mémoire sociale de l’Alsace du XIXe et du XXe siècle ne meure pas et que soient développés les travaux historiques sérieux et sans préjugés consacrés à cette face, jusqu’alors peu explorée, du passé.

Journées d’études

Depuis sa création, Almémos a régulièrement organisé des journées d’études auxquelles ont été invités des spécialistes des questions traitées et, quand cela était possible, des témoins. Le bulletin Almémos rend compte des divers travaux, communications, notices, notes de lecture. La première a tourné autour des questions liées à la biographie et l’autobiographie : « Impossibles biographies ? », avec la participation de François Dosse, Alain Corbin, Claude Pennetier et Brigitte Studer. Au gré de l’actualité, il a été traité de « L’Alsace et la guerre d’Algérie », avec Gilbert Meynier et Guy Pervillé, « Mai 68 en Alsace », avec Xavier Vigna, « L’après-mai 68 », avec Jean-Luc Nancy. Ces journées ont été publiées dans le bulletin Almémos. La journée d’études de juin 2018 a eu pour thème « La réception de la révolution russe de 1917 en Alsace ».

Publications

Trois autres thèmes de réflexion ont donné lieu à un approfondissement des communications en vue d’un ouvrage. Nous avons ainsi publié :
De la CFTC à la CFDT – 1964. L’évolution confédérale. L’adhésion de l’Alsace, sous la direction de François Igersheim, Jean Lecuir et François Uberfill, colloque Almémos du 13 mars 2004 à Strasbourg, BF Editions, 206 p.
Instits, profs et syndicats en Alsace, 1919-2000, contribution à l’histoire du syndicalisme de l’enseignement public dans l’Académie de Strasbourg, sous la direction de Françoise Olivier-Utard, BF Éditions, 2008, 335 p.
De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine (1890-1920), sous la direction de Françoise Olivier-Utard, Éditions de la Société savante d’Alsace, 2018, 375 p.

Ces ouvrages ont bénéficié de subventions de la Région, du Conseil général du Bas-Rhin, de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale, ainsi que d’institutions privées telles que la Bibliothèque alsatique du Crédit mutuel et du Comité d’histoire de la Sécurité sociale Alsace-Moselle. La présentation publique de ces ouvrages a été organisée dans des librairies (Librairie Kléber, Centre culturel alsacien), ou encore à la Médiathèque Malraux de Strasbourg. Un grand cycle de conférences est prévu pour la diffusion du dernier ouvrage publié (Archives communautaires de l’Eurométropole de Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Metz).

Colloques et conférences

L’association participe à toutes les journées nationales du Maitron. Elle a participé notamment au colloque publié sous le titre Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre Mondiale, sous la direction de Jean-Louis Robert aux Presses universitaires de Rennes en 2017. Elle a organisé à Strasbourg la présentation nationale du tome 8 du Maitron. Elle a répondu à la demande d’articles pour des revues telles que Politis ou encore Saisons d’Alsace.
Almémos a été sollicitée pour participer à l’exposition de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg sur le thème de Mai 68 en Alsace. Par ailleurs le Musée alsacien de Strasbourg a demandé qu’un représentant de l’association participe au comité scientifique d’une exposition à venir sur le thème « De la charité à la solidarité », dans la mesure où des articles ont déjà été produits sur les formes d’organisation d’entraide, de loisirs, de protection sociale, etc.

Sorties de terrain

L’association ne néglige pas la géographie sociale. Elle organise environ une fois par an la visite guidée d’un site particulièrement riche en traditions sociales : les cités ouvrières de Strasbourg et environs (cité-jardin du Stockfeld, cité « eugénique » de Schiltigheim, de Bischwiller), les mines de potasse du Haut-Rhin et les cités minières, le textile à Mulhouse, les lieux méconnus du Strasbourg social du début du XXème siècle (sièges des syndicats libres allemands, des syndicats chrétiens, du SPD, de la SFIO, du PCF, des sociétés ouvrières, de la Coopé, etc…). Ces visites originales sont commentées par des spécialistes, historiens ou acteurs de l’histoire sociale. Elles sont publiables.