Almémos

L’association Almémos

L’association Alsace Mémoire du Mouvement Social (Almémos) s’est constituée le 10 mars 2001 à Strasbourg et est inscrite depuis le 22 mai 2001 au registre des associations du Tribunal de Strasbourg.
À l’instar de celles qui existent déjà dans plusieurs régions françaises, l’association s’est donné pour objet de contribuer à l’élaboration, la rédaction et la diffusion du Dictionnaire biographique du Mouvement social (que l’on appelle souvent le Maitron), d’encourager et de développer les recherches scientifiques autour de l’histoire du monde ouvrier et du mouvement social en Alsace. A ce fin, Almémos s’est dotée de moyens d’actions divers : le recueil de témoignages, la tenue de réunions, conférences, tables rondes et colloques, l’organisation d’expositions, visites, excursions et voyages, le recueil et la conservation des documents et des archives orales, écrites, audiovisuelles et informatiques, la publication d’un bulletin et d’ouvrages thématiques. L’association facilite également toutes d’initiatives concernant l’histoire sociale, politique et culturelle de l’Alsace contemporaine.

La quantité et la qualité des notices alsaciennes-lorraines dans les différents volumes thématiques du Maitron permettent d’envisager une édition Maitron Alsace dans un avenir proche.
Un groupe bénévole d’universitaires, de chercheurs, d’étudiants et de militants s’est constitué : il entend compléter les notices existantes et rédiger les notices nouvelles ; il utilise ce riche matériau pour rédiger collectivement l’histoire des mouvements sociaux, qui fait défaut dans la production éditoriale « alsatique ». Ce collectif s’appuie sur l’ensemble des organisations auxquelles le Dictionnaire s’intéresse : partis politiques, syndicats de salariés du secteur public et du secteur privé de toutes tendances, syndicats étudiants, coopératives, mutuelles, associations de toutes sortes liées au « mouvement social » du XXème siècle.

En adhérant à Almémos, en ouvrant leurs archives, en facilitant les entretiens avec leurs membres les plus chevronnés, en fournissant éventuellement l’aide financière supplémentaire destinée à couvrir une partie des frais entraînés par cette recherche, les organisations et les associations contribuent à renforcer leur propre mémoire et à écrire leur propre histoire. Indépendamment des adhésions collectives, l’association accueille tous ceux, des plus jeunes aux plus anciens, qui souhaitent que la mémoire sociale de l’Alsace du XIXe et du XXe siècle ne meure pas et que soient développés les travaux historiques sérieux et sans préjugés consacrés à cette face, jusqu’alors peu explorée, du passé.

Journées d’études

Depuis sa création, Almémos a régulièrement organisé des journées d’études auxquelles ont été invités des spécialistes des questions traitées et, quand cela était possible, des témoins. Le bulletin Almémos rend compte des divers travaux, communications, notices, notes de lecture. La première a tourné autour des questions liées à la biographie et l’autobiographie : « Impossibles biographies ? », avec la participation de François Dosse, Alain Corbin, Claude Pennetier et Brigitte Studer. Au gré de l’actualité, il a été traité de « L’Alsace et la guerre d’Algérie », avec Gilbert Meynier et Guy Pervillé, « Mai 68 en Alsace », avec Xavier Vigna, « L’après-mai 68 », avec Jean-Luc Nancy. Ces journées ont été publiées dans le bulletin Almémos. La journée d’études de juin 2018 a eu pour thème « La réception de la révolution russe de 1917 en Alsace ».

Publications

Trois autres thèmes de réflexion ont donné lieu à un approfondissement des communications en vue d’un ouvrage. Nous avons ainsi publié :
– De la CFTC à la CFDT, 1964, l’évolution confessionnelle, l’adhésion de l’Alsace, sous la direction de Françoise Igersheim, Jean Lecuir et François Uberfill, colloque Almémos du 13 mars 2004 à Strasbourg, BF Editions, 206 p.
– Instits, profs et syndicats en Alsace, 1919-2000, contribution à l’histoire du syndicalisme de l’enseignement public dans l’Académie de Strasbourg, sous la direction de Françoise Olivier-Utard, BF Éditions, 2008, 335 p.
– De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine (1890-1920), sous la direction de Françoise Olivier-Utard, Éditions de la Société savante d’Alsace, 2018, 375 p.

Ces ouvrages ont bénéficié de subventions de la Région, du Conseil général du Bas-Rhin, de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale, ainsi que d’institutions privées telles que la Bibliothèque alsatique du Crédit mutuel et du Comité d’histoire de la Sécurité sociale Alsace-Moselle. La présentation publique de ces ouvrages a été organisée dans des librairies (Librairie Kléber, Centre culturel alsacien), ou encore à la Médiathèque Malraux de Strasbourg. Un grand cycle de conférences est prévu pour la diffusion du dernier ouvrage publié (Archives communautaires de l’Eurométropole de Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Metz).

Colloques et conférences

L’association participe à toutes les journées nationales du Maitron. Elle a participé notamment au colloque publié sous le titre Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre Mondiale, sous la direction de Jean-Louis Robert aux Presses universitaires de Rennes en 2017. Elle a organisé à Strasbourg la présentation nationale du tome 8 du Maitron. Elle a répondu à la demande d’articles pour des revues telles que Politis ou encore Saisons d’Alsace.
Almémos a été sollicitée pour participer à l’exposition de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg sur le thème de Mai 68 en Alsace. Par ailleurs le Musée alsacien de Strasbourg a demandé qu’un représentant de l’association participe au comité scientifique d’une exposition à venir sur le thème « De la charité à la solidarité », dans la mesure où des articles ont déjà été produits sur les formes d’organisation d’entraide, de loisirs, de protection sociale, etc.

Sorties de terrain

L’association ne néglige pas la géographie sociale. Elle organise environ une fois par an la visite guidée d’un site particulièrement riche en traditions sociales : les cités ouvrières de Strasbourg et environs (cité-jardin du Stockfeld, cité « eugénique » de Schiltigheim, de Bischwiller), les mines de potasse du Haut-Rhin et les cités minières, le textile à Mulhouse, les lieux méconnus du Strasbourg social du début du XXème siècle (sièges des syndicats libres allemands, des syndicats chrétiens, du SPD, de la SFIO, du PCF, des sociétés ouvrières, de la Coopé, etc…). Ces visites originales sont commentées par des spécialistes, historiens ou acteurs de l’histoire sociale. Elles sont publiables.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.